Nouvelle Lune 23 Février 2020

Après avoir passé deux jours de grands portails énergétique 20/02/2020 et 22/02/2020 nous voilà arrivés à la nouvelle lune du 23 Février 2020

Cette lune nous invite à la fin d’un cycle, car elle se situe en poisson, dernier signe du zodiaque. Nous sommes donc dans une période idéale pour dresser un bilan sur les mois ou années passés, sur une relation, un job qui ne nous convient plus…

On nous invite aussi à nous renouveler, à laisser l’ancien derrière nous, à choisir de ne plus porter pour se libérer et réaliser de nouveaux projets. 

C’est la période idéale pour écouter votre intuition, ce que votre cœur vous dicte.  Ces jours-ci Osez, Réalisez, Innovez, Concevez, Créez, Décidez, Planifiez…et surtout avec beaucoup de douceur.

Aujourd’hui poser vos intentions, vos vœux de Nouv’ailes Lune et ayez la foi que tout se réalise comme il se doit. Le pouvoir de l’intention est sans limite, nous créons notre futur dans notre présent avec nos pensées, nos paroles, nos actes. 

Commencez par imaginez ce que vous aimeriez, puis évoquez le, écrivez et agissez. Souvent nous sommes limités par nos peurs, elles nous freinent et nous empêchent de nous réaliser. 

Allez au-delà, surmontez-les, après coup vous vous rendrez compte que la montagne que vous vous en faisiez n’était pas aussi difficile que vous l’envisagiez. 

Ensuite savourez ce sentiment délicieux de réalisation, l’estime de soi augmente, votre énergie devient lumineuse et se répand tout autour pour le plus grand bien des autres et de vous-même.

Belle Jour-Née

Laurence

This is the end…

La journée du 20.02.2020 fut marquée par la confirmation que c’est la fin pour moi. 

La fin de quoi me demanderez-vous, et bien d’un cheminement de 3 ans qui m’a permis de tous vous rencontrer. 

La lecture de vos Archives Akashiques s’arrête ici pour moi. J’ai tellement de gratitude pour toutes ces confidences que vous m’avez faites et dont je suis riche aujourd’hui. 

A travers vous j’ai tellement grandi, vous m’avez prouvé que j’en étais capable, vous étiez souvent mon miroir, celui qui m’apportait des confirmations, et vous avez été tellement reconnaissants que mon cœur est rempli de joie.

Alors pourquoi m’arrêter si je suis si heureuse ? 

J’écoute beaucoup mes guides et je suis à présent invitée à lâcher-prise sur le connu, le confort, la sécurité financière pour à nouveau me renouveler. Pour ceux qui connaissent mon histoire, je n’en suis pas à mon premier coup d’essai. Eh oui mes conseillers spirituels aiment me bousculer, à aller dans mes retranchements, et au-delà de mes peurs. 

La routine nous enlise, le temps s’accélère, nous sommes amenés à écouter nos ressentis et notre intuition. Cette petite voix intime que nul ne peut connaitre à notre place. 

Aujourd’hui ma foi me guide vers le changement, les consultations individuelles s’arrêtent pour m’offrir le temps de vous accueillir en groupe vers de nouvelles aventures. 

L’univers a besoin de nos contributions pour aider cette planète Terre en souffrance. Nous avons besoin d’œuvrer tous ensemble, seul on avance plus vite, ensemble nous allons plus loin. Par conséquent, nous nous retrouverons pour des stages que j’animerai dans le but de vous former à mes pratiques de soins énergétiques.

Je souhaite vous offrir les outils nécessaires pour que vos capacités se révèlent et soient bénéfiques pour un plus grand nombre de personnes. 

Dans un environnement toujours bienveillant nous échangerons sur nos expériences.

Faire partie d’un groupe permet de se découvrir et de se révéler à travers les autres. 

Le groupe offre l’opportunité de tisser des liens avec les autres, et donc de nous enrichir. 

A chacun des stages que j’anime, je suis émerveillée de l’Amour qui se propage entre les êtres, à l’issu de la journée ou du weekend, je ressens tellement de bonheur.

Vos nombreux témoignages sont pour moi, l’évidence que ma mission se tourne à présent vers l’animation des stages. Je remercie mes guides visibles et invisibles d’être si présents dans ma vie.

A très vite pour le prochain stage du 6 Mars (déjà complet).

Je vous embrasse.

Laurence

ETRE

Alors que tout le monde s’affaire déjà dans les préparatifs de Noël, à chercher inlassablement le cadeau idéal, en se démenant et en déambulant dans de nombreuses enseignes aux lumières vives et aux musiques ahurissantes, de façon à nous faire craquer pour un article qui finira peut-être sans utilité dans un placard. 

Et que dans ces mêmes magasins, des employés « modèles » ou plutôt formatés au discours de la hiérarchie se veulent aidants, aimables, mais finalement tellement influençables, que nous finissons par croire nous-même que nous avons réalisé une bonne affaire. Il s’agit pourtant d’une grande supercherie générale de notre société ; faire des cadeaux aux autres au lieu d’être un cadeau pour les autres. 

Nous avons tous tendance à FAIRE plutôt qu’à ETRE, nous avançons avec les conditionnements de la société, et cela nous épuise. En réalité, nous sommes usés de cette machine infernale qui nous pousse à courir comme un hamster dans sa cage. 

Il en est de même pour le repas du réveillon ; nous nous efforcerons d’offrir à nos hôtes les meilleurs mets aux prix souvent irraisonnables mettant nos comptes en banque dans le rouge. 

Et si maintenant, nous choisissions d’être en accord avec nos valeurs en offrant notre être, notre écoute, notre bienveillance en étant là avec une présence réconfortante. 

Et si nous arrêtions de faire, de nous disperser dans de nombreuses activités et de courir dans tous les sens ? Nous aurions alors le temps nécessaire pour nous poser, pour offrir à notre corps du répit, pour discuter et échanger avec ceux qui nous entourent. 

Imaginez-vous vieillard, qu’aimeriez-vous laisser comme souvenirs de vous ? Des objets laissés, ou des rigolades, des confidences et des enseignements ? Quel témoignage souhaiteriez-vous qu’ils fassent en vous évoquant ? La réponse à ces trois questions vous permettra d’être et non plus de faire.

Les relations

Ce sujet mériterait un chapitre, voire un livre à lui tout seul, tellement il est vaste, complet et suscite de l’intérêt pour ne pas dire des interrogations.

Nous sommes constamment entourés de personnes ; notre famille pour commencer, puis les amis de la famille, le voisinage (lorsque l’on parle encore à celui-ci), puis les amis de nos amis, des collègues de travail, du personnel de diverses administrations et compagnies. Nous sommes tous reliés les uns aux autres par des liens invisibles et karmiques. Le destin nous fera rencontrer des personnes en fonction de ce que nous devons expérimenter dans cette vie-ci.

Certaines rencontres seront vécues comme des leçons, la relation sera si compliquée à gérer que cela viendra remuer en nous des blessures à guérir. L’autre personne qui sera à cet instant précis notre miroir, nous montrera la part de nous-même qui doit être réglée ou purifiée. L’univers à travers cette relation, met en lumière une part d’ombre qui doit être traitée pour se sentir libérée, soulagée et guérie. Si l’expérience n’est pas comprise et que nous remettons la faute sur l’autre, alors le schéma se répétera autant de fois que nous ne comprendrons pas la leçon. Tout cela pour dire que, tout ce qui nous agace chez l’autre est quelque chose que nous devons régler en nous. S’il y a de la colère ou une émotion bouleversante présente en nous, dans notre corps, ou notre esprit, cela signifie que ce n’est pas guérit.

Et puis d’autres rencontres seront des bénédictions, tout sera facile et agréable à vivre. Que la relation soit professionnelle, amicale ou sentimentale, tout sera fluide. Simplement parce que le miroir que nous avons en face de nous, n’est autre que notre reflet. Alors un sentiment intense nous envahira et la relation sera pure magie.

Que la relation soit une leçon ou une bénédiction, veillez à entretenir des liens « propres » avec votre entourage. Pour ce faire, observez chacune de vos relations en vous demandant si l’échange est fluide. Lorsqu’il l’est c’est parfait, si la relation est plus complexe alors posez-vous des questions telles que ; Que dois-je apprendre de cette relation ? Comment dois-je me comporter pour éviter les conflits ?… Si malgré votre travail intérieur, la relation est toujours difficile, alors il s’avèrera nécessaire, d’installer une distance physique entre vous et l’autre, pour éviter de vous épuiser. Le lien énergétique sera lui toujours présent, une purification du lien sera alors recommandée.

« C’est la révolution psychologique qui nous préoccupe, et cette révolution ne peut se produire que s’il y a des relations justes entre les êtres humains. » Jiddu Krishnamurti

L’alchimie amoureuse

L’alchimie est une énergie invisible puissante qui se ressent entre deux êtres avec une évidence totale de bien-être et de sérénité. 

La puissance du regard permet de découvrir les trésors enfouis de l’autre personne qui ne peut d’ailleurs plus rien dissimuler par tant de clarté et de luminosité dans ses yeux. 

La sincérité et l’authenticité présentes, éveillent tous les sens à la fois. Cette abondance d’énergie diffuse dans le corps, génère de l’insomnie, un regain d’énergie, une compréhension totale qui laisse la parole de marbre. En effet, plus rien n’a besoin d’être fait ou dit, car tout est.

L’alchimie se ressent infiniment et ne peut être comprise par le mental, seules les vibrations du corps parlent par elles-mêmes. 

La respiration s’intensifie et parcourt toutes les cellules qui viennent se loger dans nos centres énergétiques. 

Notre énergie créatrice remonte jusqu’à notre cœur et nous comble de sérénité. 

Tout autour il n’y a plus rien d’important, juste ressentir la présence de l’autre personne, s’enivrer de son énergie sans jamais lui ôter.

Partager fusionner sont essentiels et irrémédiables par autant d’osmose diffuse dans l’air.

Le Verbe

Certaines personnes parviennent à exprimer leurs émotions aux autres avec une facilité remarquable.

D’autres parlent de leurs projets avec enthousiasme, des étoiles brillent dans leurs yeux.

Des partenaires déclarent leur amour à leur autre avec passion et engouement. 

Il y en a qui essaient de parler mais les mots restent coincés dans leur chakra de la gorge.

Plus je chemine et plus je me rends compte de l’importance du silence.

La communication peut se faire avec les yeux, le regard apporte l’essentiel.

Ma conclusion aujourd’hui c’est que les paroles s’envolent mais les actes restent. 

Ainsi au lieu de parler, agissez !

Seules vos actions seront déterminantes dans vos relations.

La liberté

Oser être soi c’est avant tout une liberté que l’on offre à notre âme, une opportunité (Hope-Porte-Unité) de franchir une porte, celle de la libération. Un retour vers son intérieur pour mieux le comprendre, l’apprécier et enfin agir pour se réaliser.

Parcourir son être intérieur, c’est effectuer une introspection, elle va nous permettre de déceler en nous, des trésors, jusqu’à lors insoupçonnés mais bel et bien présents. Ces précieuses ressources dont nous avons tous. Il s’agit de les observer, les examiner et de les accepter.

L’acceptation est un processus permettant d’avancer. Comme un péage sur une autoroute qui nous invite à franchir une étape vers la prochaine destination.

La liberté c’est de s’offrir un instant où nous allons écouter notre cœur, et ensuite avoir l’audace de mettre en œuvre les actions nécessaires pour avancer.

Etre libre c’est s’affirmer et oser exprimer ce que l’on ressent. En choisissant de nous révéler nous vibrons avec l’expression de joie qui nous envahit. Notre être est entendu et nous l’invitons à la permanence d’oser être.

La liberté c’est d’être heureux et serein quelques soient les décisions de notre partenaire. Qu’il puisse se sentir libre de réaliser les choix qu’il souhaite. Ainsi la liberté c’est l’Amour.

La liberté c’est d’être relié à notre cœur.

« Le secret du bonheur est la liberté, et le secret de la liberté est le courage. » Thucydides

Le don de soi

Prendre le temps d’écouter avec attention une personne qui s’adresse à nous, c’est accueillir la richesse de l’autre en soi. Chaque mot s’infuse alors à l’intérieur de nous, s’invite dans notre corps et s’inscrit dans nos cellules.

Les mots seront ainsi répertoriés dans notre ADN et nous serviront ensuite pour les transmettre à quelqu’un d’autre.

Par conséquent, chaque fois que nous discutons avec quelqu’un, nous recevons un trésor, comme des pépites lumineuses et précieuses.

Accorder un temps de qualité aux autres, est un cadeau merveilleux qui n’a pas de prix mais qui possède pourtant une grande valeur. Chaque instant ; à rassurer un ami, le conseiller, le guider…apporte une joie immense en nous, car nous nous sentons valorisés et reconnus en tant que frère ou sœur appartenant à une même famille.

Ce sentiment procure un bien-être total, à condition que l’échange se fasse dans la bienveillance et la compassion. Le langage du cœur n’a pas de limite et se partage à chaque instant.

Ainsi, avec un passant dans la rue, échangeons juste un regard, un sourire, un commerçant qui nous rend la monnaie, remercions-le en le regardant dans les yeux.

Traitons l’autre comme quelqu’un d’important, car nous ne faisons qu’Un avec le monde, nous sommes un Tout.

Ainsi, en diffusant des pensées rayonnantes, des paroles réconfortantes auprès des autres, en les regardant et en les considérants, notre vie deviendra riche de sens, de partage, d’amour car notre cœur s’ouvrira à l’infini vers les autres et nous recevrons au centuple.

Soyons généreux envers les autres c’est une des clés du bonheur. Car lorsque l’on donne, on reçoit. Savoir donner nous apprend à recevoir en retour, car l’énergie circule avec abondance, sans limite.

Offrons la possibilité à celles et ceux qui nous entourent de leur apporter un éclairage, car il est toujours plus facile de voir clair pour les autres que pour soi. Et à notre tour, nous serons ravis de récolter des conseils de nos proches.

Namasté

Laurence

« Le bonheur est souvent la seule chose qu’on puisse donner sans l’avoir et c’est en le donnant qu’on l’acquiert. » Voltaire

« Le don de soi, est un signe intérieur de richesse ». Maitre Zen

LECON DE VIE

Chaque jour est une brillante Hope-Portes-Unité d’apprendre.

La plupart d’entre nous, ne prenons pas de pause pour nous imprégner de l’énergie de l’instant que nous vivons.

Installons juste un répit, comme un arrêt sur image dans chaque instant de notre journée. Osons créer un silence là maintenant, pour contempler le paysage devant nous, observer les êtres qui nous entourent, écouter les paroles avoisinantes, les sons…

Notre rythme est si rapide que nous passons majoritairement notre temps à ignorer toutes ces beautés qui sont des indicateurs de bonheur et des signes pour une meilleure compréhension de notre vie.

Seulement, lorsque nous nous sentons bien dans un lieu ou avec quelqu’un, notre mental prend le dessus et nous rappelle que demain nous devrons aller travailler, qu’il y a école pour les enfants, qu’il y a de la route à faire… et donc notre mental nous contraint à quitter ce lieu ou la personne car nous devons rentrer.

Ne nous privons pas d’un réel instant de bonheur de communion avec notre cœur, en agissant ainsi ?

En pensant que demain nous pourrions être fatigués d’avoir trop veillés ?

Comment pouvons-nous penser pour demain alors qu’aujourd’hui n’est pas terminé ? Comment pouvons-nous savoir ce que demain sera, alors que demain n’existe pas ?

La privation de quelques instants de partages supplémentaires, ne vient-elle pas au contraire nuire à notre cœur qui demande plus de chaleur ?

Comment pourrions-nous être plus fatigués le lendemain si notre cœur a été nourri ?

Au contraire, s’éviter de passer un agréable moment, n’est que ruine pour notre âme.

Savourons chaque instant, en supprimant les ; il faut que…je dois…que va-t-il se passer si… ? Tout cela n’est que mental, notre cerveau crée une histoire qui n’existe pas.

Nous sommes alors dans l’irréel.

Et donc qui sont ces gens perchés ?

Ne sont-ils pas ceux qui se créent des scénarios interminables dans leur tête ?

Finalement, avoir les pieds sur Terre, ne serait-ce pas justement d’être à l’écoute de son cœur et s’autoriser à vivre un rêve?

Ainsi je vous invite à prendre conscience de vos pensées, sont-elles claires, pures, en résonnance avec votre cœur ou celles de votre mental ?

Et vous pourrez alors constater ; si vous êtes « perchés » ou avez réellement les pieds sur Terre…

Je vous souhaite à toutes et à tous un bel Apprentis-Sage et une belle nouvelle Jour-Née.

Namasté

Laurence

Rien ne t’emprisonne, excepté tes pensées,

Rien ne te limite, excepté tes peurs,

Rien ne te contrôle, excepté tes croyances.

Marianne Williamson

La sagesse

LA SAGESSE

La sagesse est un art qui consiste à agir au lieu de réagir, aussi la sagesse nous invite à ne rien faire. Lorsque le tumulte du mental apparait, un proverbe raconte qu’il est urgent de ne rien faire. C’est tout à fait juste, lorsque nous ressentons l’agitation en nous ou autour de nous il est préférable de se poser, de se mettre en veille le temps nécessaire pour être plus lucide et détaché de notre état émotionnel.

C’est une attitude de paix, de lâcher prise qui nous invite à la concertation intérieure avec notre cœur pour y puiser la force, les ressources dont nous avons besoin.

La sagesse est un comportement qui nous invite à contempler le monde qui nous entoure, sans jugement ni critique, juste bienveillance et compassion. Ce mode de fonctionnement nous apporte une telle sérénité que plus rien ne peut affecter notre équilibre car nous sommes en poste d’observation à contrario de l’action.

La sagesse nous apprend, elle nous réconforte, nous enseigne grâce aux leçons précédemment acquises, nous évoluons, grandissons et ce qui était valable hier forcément ne l’est plus aujourd’hui et le sera encore moins demain. Car au final, être sage c’est comprendre que nous ne savons rien.

Etre sage, c’est avoir la capacité de se remettre en question perpétuellement, une invitation au changement, à l’évolution, et au bien-être de notre âme qui est venue s’incarner pour apprendre. Ne jamais rester figé sur une idée, une croyance car cela reviendrait à la mort de votre âme, à l’inertie de votre esprit, à la calcification de votre cœur. Optons pour l’éveil de notre conscience.

La sagesse c’est le désir d’apprendre, de se renouveler, d’oser quitter l’ancien pour se diriger vers l’inconnu, aller au-delà de ce que nous nous croyons capables de réaliser. Le dépassement de nos croyances.

La sagesse c’est de rester humble, nous apprenons de tous, chaque découverte nous offre un enseignement, un voyage, une parole, un enfant, un oiseau…nous ne formons qu’un et faisons partie du tout. En réalité nous sommes tout et rien à la fois, car nous sommes un ensemble.

Etre sage c’est savoir maîtriser la parole, utiliser chaque mot en mesurant leur importance. Apprenons davantage à écouter plutôt que de parler, c’est la raison pour laquelle nous avons deux oreilles mais qu’une seule bouche.

La sagesse devrait être notre seul et ultime but dans notre vie. Notre fil conducteur vers l’accomplissement.

Namasté

Avec Amour

Laurence

« La valeur d’un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses possessions. La valeur d’un homme réside dans sa personnalité, sa sagesse, sa créativité, son courage, son indépendance et sa maturité. » Mark W. B. Brinton

La Frustration

La frustration provient d’un désir non assouvi qui se traduit par une insatisfaction physique, morale ou psychique. Le désir est crée par un égo puissant qui réclame un besoin. Le besoin est crée par un manque.

C’est une illusion de croire qu’un élément extérieur va nourrir se vide, en réalité, lorsque nous sommes comblés plus rien ne peut nous manquer. Etre comblé c’est s’occuper de soi, et écouter ses propres besoins sans vouloir répondre aux besoins des autres.

Ne plus chercher à impressionner les autres mais s’impressionner soi-même. Cela revient à se découvrir, se réaliser et à se dépasser pour ressentir un profond bien-être intérieur. S’autoriser à vivre, à voyager dans des mondes intérieurs et à la rencontre d’autres espaces.

Cette notion d’espace est magnifique bien qu’à la fois inexistante, car dans l’univers il n’y a aucune notion de temps ni d’espace.

Parfois on installe une distance entre soi et les autres, elles nous empêchent de fusionner, de partager, et pourtant partager c’est ce que nous sommes venus expérimenter ici bas avec nos frères et sœurs. Cette distance est créée lorsque nous ne sommes pas à l’aise avec nous même et donc nous formons inconsciemment un barrage entre les autres et nous.

La clé du bonheur est de supprimer toutes chaines, inconforts, insatisfactions…en exprimant nos besoins aux autres à travers une communication claire. Toutes formes d’incompréhension sont ainsi dissoutes et permettent l’harmonie avec les personnes qui nous entourent.

Exprimer ouvertement ses ressentis, ses joies, ses tristesses… offre un espace d’amour avec nos interlocuteurs car nous nous exprimons avec le cœur. Il est essentiel de parler uniquement de son ressenti sans faire porter la responsabilité sur l’autre. Utiliser le « je » au lieu du « tu » qui tue l’autre.

Lorsque l’expression de ses émotions est réalisée alors un échange profond, authentique et sincère s’installe. Il permet de se libérer d’une charge, d’un poids et cela évite de réfléchir pendant de longues heures en tournant en rond et en se créant des scénarios qui n’existent pas. L’invention d’histoire, la rumination mène à l’inconfort, l’insécurité et la détresse émotionnelle.

Offrons-nous des instants de dialogues bienveillants avec nos proches et éclaircissons toutes interrogations laissées sans réponses.

La frustration n’existera plus, il n’y aura plus d’attente mais seul un profond sentiment de bien-être total avec soi-même et par effet ricochet les autres.

The purpose of pain is to move us into action. It is not to make us suffer Tony Robbins

(Traduction de Laurence : L’idée de  la douleur est de nous inviter à l’action non à la souffrance.)

La liberté

Lorsque l’on évoque le mot liberté, nous pensons tout d’abord à un cloisonnement qui nous retiendrait dans un lieu, comme une sorte de prison qui nous empêcherait de nous sentir libre. Cela reviendrait à dire que pour nous sentir libre nous serions dépendants d’un élément extérieur. Alors qu’il n’en est tout autre.

La liberté provient de soi, c’est une émotion que l’on ressent à l’intérieur de nous, comme un puissant état de bien-être et de paix total. Il n’existe pas de sentiment aussi fort que celui de se sentir libre.

La liberté évoque l’Amour, le Respect, l’Engagement envers soi, celui de se choisir en premier; lorsque nous nous sentons libre, tout notre être vibre d’une explosion de saveurs intenses et agréables car plus rien de nous empêche de nous aimer pleinement.

La liberté c’est la Vie, la Douceur, la Sérénité, la Paix, la Plénitude ; chacun de nos choix est guider par notre cœur, nous sommes dans l’harmonie avec notre âme, notre corps et notre esprit.

Notre âme est sereine, elle est confiante que nous sommes sur le bon chemin, notre esprit est en paix car il est dégagé de toutes sortes de stress ou d’angoisse, notre corps est en mouvement perpétuel et calme, il nous permet d’avancer avec fluidité dans ce monde terrestre.

La liberté c’est de vivre pleinement dans la conscience de notre cœur, libéré de tout poids, de tout attachement et dépendances. Nous sommes débarrassés de tout schémas addictifs (alimentaires, affectifs…) et vivons dans la conscience que nous faisons UN avec ce grand TOUT, avec nos frères et sœurs ici-bas.

Cela signifie que nous sommes entourés et heureux de vivre en communion avec les personnes qui  nous entourent, celles que nous avons choisis dans nos vies et celles qui apparaissent comme par magie, de belles rencontres qui font vibrer notre cœur autant éphémères que pérennes.

La liberté c’est d’échapper à la notion de temps, car en réalité le temps n’existe pas. Nous vivons en parallèle le passé, l’instant présent et le futur, tout est relié. Cette notion pourra échapper ou étonner votre mental, pourtant il en est ainsi. Certaines fausses croyances ont même pu nous dérouter comme ces proverbes ; perdre son temps, le temps c’est de l’argent…tout cela est erroné, car le temps c’est ce que nous sommes à chaque instant de nos vies.

La liberté c’est de choisir de vivre en adéquation avec nos besoins, ce qui est tout à fait réalisable lorsque l’on écoute son cœur. Il n’existe aucune contrainte ni barrière, seul le mental les créent et nous bloque. En réalité nous sommes TOUS libres. Seul ce que nous nous infligeons nous ralentit ou nous conduit jusqu’à l’égarement total de notre conscience, de notre être.

La liberté c’est d’être pleinement et totalement SOI.

Namasté

Avec Amour

Laurence

« La liberté est le but de la vie. Les restrictions n’ont de raison d’être que pour atteindre un état de parfaite libération. » Swâmi Râmdâs

« Dans les grandes lignes, nous décidons, nous sommes libres. Mais pour ce qui est des « choses de la vie », le hasard les dirige beaucoup plus que nous. » Paul Guimard

La Dualité

Nous aimerions tous nous sentir en paix avec nous-même, être dans la joie et ressentir un bonheur absolu. Et pourtant il nous arrive tous de traverser des périodes d’inconfort, de déstabilisation, de trouble.

Le but ultime de cette vie et de nous guérir de nos espaces d’ombre qui remplissent notre Etre et de les transmuter en lumière. Il s’agit bien d’un processus de guérison par lequel nous allons vivre des expériences fortes en sensations, comparables aux montagnes Russes. Nous devons passer par ce cheminement pour en comprendre les raisons, grandir et évoluer psychologiquement et spirituellement.

Atteindre l’harmonie de soi signifie trouver cet équilibre en nous-même, cela demande une guérison totale de notre dualité pour retrouver l’unité.

La dualité est un combat, un duel avec notre personne, notre esprit, notre mental, notre corps…pour parvenir à cet état de paix intense il est nécessaire d’équilibrer notre Yin (féminin) et notre Yang (masculin). Lorsqu’il y a un aspect féminin de nous trop exacerbé alors nous aurons des difficultés à gérer nos émotions, notre hypersensibilité, des larmes pourraient nous submerger, nous nous sentons fragile et vulnérable, avec un sentiment de culpabilité.

Lorsque le masculin est trop présent, nous nous comportons comme des guerriers, nous sommes dans le contrôle, voulons décider, organiser, prévoir ce qu’il va se passer, nous pouvons parfois être agressif, envers les autres ou nous-mêmes. Dès lors que l’harmonie de ces deux aspects de nous est enfin en équilibre, comme une balance, c’est la fin de la guerre, c’est la délivrance et la paix intérieure.

Nous portons tous en nous des mémoires de nos vies antérieures, des mémoires collectives, des égrégores, des souffrances tellement lointaines qu’elles sont inconnues de notre mental. Nous pourrions être tentés de croire que nous n’avons rien à régler car nous sommes ignorants de ce lourd héritage. Pourtant ces bagages nous pèsent et nous empêchent d’être heureux, car ils alourdissent nos pas vers la réalisation de notre être.

Fort heureusement, il existe de nombreuses pratiques simples pour harmoniser notre Yin et notre Yang ; la respiration est l’une des méthodes qui s’avèrent la plus efficace permettant de faire circuler l’énergie en nous et autour de nous.

Les Japonnais et les Chinois appellent cela le QI (le chi), vous pouvez pratiquer le Qi Qong, le Tai Chi…, les Indiens l’appellent le Prana, c’est le principe vital du souffle, les postures de Yoga et les Pranayamas (respirations) permettent la circulation du Prana. Les exercices de cohérence cardiaque (techniques de relaxation et de respiration) sont très efficaces également. La méditation consciente (dite mindfulness) contribue au calme intérieur.

Chacun se sentira à l’aise avec une, plusieurs ou l’ensemble de ces pratiques, mais il est évident que la respiration, le souffle c’est la vie. Alors si vous souhaitez une vie harmonieuse et dans la sérénité il est vital de respirer en conscience. Respirer en conscience signifie de se poser et observer sa respiration pour lui permettre de circuler dans chacun de nos chakras inférieurs et supérieurs. Ainsi alimentés nos chakras nous garantissent un bien-être entre corps, âmes et esprit.

Namasté

« On ne peut voir la lumière sans l’ombre, on ne peut percevoir le silence sans le bruit, on ne peut atteindre la sagesse sans la folie. » Carl Gustav Jung

Avec Amour

Laurence

LA SEXUALITE SACREE

La sexualité est par définition un acte sacré entre deux êtres mélangeants leurs parfums subtils et délicats pour ne former qu’Un.

Une enveloppe d’énergie se forme autour de notre partenaire et nous-même. Cette énergie est Divine, elle monte en puissance au contact de l’un et de l’autre.

C’est un acte merveilleux car deux substances différentes vont se mélanger pour créer une unité ensemble. On pourrait qualifier ce processus d’alchimique car une transformation a lieu.

Les corps physiques se mélangent, et les âmes s’entremêlent. Parfois avec douceur, parfois avec sauvagerie. L’important dans ce subtil échange est que l’on soit en amour pour l’âme de l’autre personne.

Lorsque cette notion clef est manquante alors il s’agit d’un acte d’assouvissement que l’égo a besoin de calmer. Nous ne sommes plus dans un schéma d’amour mais de combler un manque.  

Maîtriser son égo (j’ai besoin), c’est accueillir notre partenaire dans un temple sacré qui lui est réservé et préservé comme un temple sacré.

Mélanger notre substance avec un partenaire différent n’est que nourriture pour notre égo qui pense qu’il est digne de ne pas se limiter qu’à une seule et même personne.

L’adultère assumé (ou non) que certain qualifie aussi de Polyamour, (l’amour poli) signifie oui que nous sommes polis car nous reconnaissons le besoin d’avoir plusieurs partenaires et l’assumons avec honnêteté.

Pourtant en se mélangeant à d’autres corps, on vient perturber notre propre champ énergétique avec l’énergie d’une tierce personne. Notre bulle d’énergie crée avec notre partenaire est ainsi parasitée par d’autres émotions, la pureté disparait et sème dans notre cœur des troubles émotionnels.

S’abandonner dans les bras, dans les yeux, dans le miroir de l’âme de l’autre personne est magique, c’est une communion. Ne dispersons pas notre énergie en l’offrant à de multiples rencontres, cela répond uniquement aux besoins de notre égo qui souhaite se sentir existé.

L’énergie sexuelle se canalise, s’apprivoise à travers le Kundalini yoga, avec la pratique du tantrisme, les œufs de Yoni, la méditation… Des outils d’amour naturels qui préservent notre intimité et notre bien-être.

Respectons notre corps, notre âme, et nos différents corps subtils et énergétiques.

Nous avons souvent entendu parler de « jardin secret », c’est exact, c’est un jardin embellit crée par deux êtres qui est secret et doit le rester…

Namasté

Avec Amour

Laurence

“Le Tantra réel n’est pas une technique, il est amour. Il n’est pas technique, il est prière. Il n’est pas orienté vers la tête, il est un assouplissant dans le cœur. S’il te plaît, souviens-toi de cela. Il y a beaucoup de livres sur le Tantra. Ils parlent tous de technique. Mais le Tantra réel n’a rien à voir avec une technique. Le Tantra réel ne peut pas être écrit. Il convient de savourer le véritable Tantra réel. Comment savourer le véritable Tantra ? Tu dois transformer ton approche tout entière.” Osho

« Telle est la définition tantrique de notre sexualité : le retour à l’innocence absolue, à l’unité absolue. La plus grande sensation sexuelle n’est pas la recherche de sensations, mais une attente en silence : complètement relâché, complètement insensé. On est conscient, conscient seulement d’être conscient. On est conscience. On est satisfait, mais il n’y a pas de satisfaction. Alors, il y aura une grande beauté, une merveilleuse bénédiction. » Osho

LES LIENS D’ATTACHEMENT

Girl releasing a butterfly over a sunset field

Nous sommes tous reliés les uns aux autres. A partir de l’instant où nous rentrons en contact avec quelqu’un, un lien se crée. Nous sommes connectés par des fils qui nous relient les uns aux autres.

Prenons l’exemple d’une rencontre, un regard est échangé pour se dire je te vois, me vois-tu ? Le lien est instantanément crée entre les deux personnes. Ensuite elles choisiront certainement de se parler, de se revoir et peut-être même d’avoir une relation sexuelle ensemble. Plus les personnes choisiront de mélanger leur énergies plus le lien sera alimenté. Ce lien va se nourrir du temps passé ensemble, des instants ou l’on pense à l’autre. Et la nourriture de ce lien variera en fonction des pensées, des actes, des paroles que l’on ressent envers l’autre.

Les projections que l’on fait sur l’autre, comme avoir l’envie de la voir changer, viendront noircir ce lien. Cette pollution énergétique va étouffer l’autre, au point de se dire ; cette personne me pompe l’air. Car en réalité les projections que nous faisons sur l’autre ne sont pas de l’amour mais de l’attachement. Ces intentions sont vampirisantes, car elles viennent voler l’énergie de l’autre qui peu à peu s’épuise, son énergie s’amenuise, la personne peut même éprouver un sentiment de mal être, de ne pas être digne d’être aimée. Tout ça juste par la pensée que l’autre personne aura eu envers nous. Qu’il s’agisse d’un passant, d’un collègue, d’un voisin, d’un enfant ou de notre enfant.

Le fait de penser que notre enfant nous appartient, nous le manipulons en le façonnant et en le réduisant à ce que nous aimerions qu’il fasse ou qu’il soit, et dans ce cas à nous ne sommes plus dans l’amour mais dans le conditionnement. Son énergie sera oppressé, il ne se sentira plus libre et répondra à nos demandes comme le ferait un robot, mais son cœur cessera de vibrer pour répondre à nos attentes et exigences. Non seulement il sera anéanti mais son énergie créatrice sera en sommeil.

Pour les couples c’est pareil, l’autre personne pense nous aimer car nous nourrissons une part d’elle en manque. Et dès lors qu’elle est déçue, car nous ne répondons plus à ses besoins, un schéma de contrôle se met en place. Inconsciemment elle agit et parle avec ses blessures en nous rendant responsable de son mal être.

Ce lien est chargé de toxicités et vient affecter notre équilibre. La surcharge mentale conduit à la fatigue physique, puis à la dévalorisation et à la culpabilité de ne pas savoir ou pouvoir rendre l’autre heureux. Nous n’avons pas à nourrir l’autre personne mais juste à être soi.

L’amour véritable est l’acceptation de l’autre tel qui l’est sans condition, dès lors qu’il y a des conditions, des besoins, des désirs (j’aimerais bien que l’autre change, qu’il m’apporte ci ou ça…) nous sommes dans l’attachement mais plus dans l’amour. Prendre de la distance avec l’autre s’avère alors nécessaire pour retrouver son alignement, sa conscience.

Lorsque ces symptômes de dépendance affective apparaissent il est nécessaire de purifier la relation et les liens qui nous relient et nous enferment. Ce travail signifie de rompre les chaines qui ont été déposé dans nos corps énergétiques par toutes les personnes dépendantes de nous ou malveillantes envers nous.

Après ce travail on se sent plus léger, on regagne notre énergie vitale, et la joie de vivre revient intensément.

Laurence

 « L’amour n’est pas l’attachement ; celui-ci n’est qu’un sentiment de possession, alors que l’amour doit être détaché. Ce n’est pas aimer l’autre que de le vouloir ligoté. » René Barjavel

« Mon ignorance, mon attachement, mon désir, mes haines. Voilà vraiment mes ennemis. » Dalaï-Lama

L’art de recevoir

Il peut s’avérer difficile de recevoir, car recevoir est un art. Comme s’il fallait être doté d’un don pour avoir cette capacité d’accepter de la part d’un autre.

Il est souvent plus facile de donner que de recevoir, pourtant ces deux actes sont étroitement liés, lorsque l’on donne on reçoit.

Mais alors, pourquoi est-il si difficile de recevoir un cadeau, un compliment, un joli message, une relation ?

Nous pensons souvent que pour recevoir nous devons le mériter, car cela fait partie de notre éducation ; si tu veux réussir, tu dois travailler dur…Si tu es sage, tu y auras le droit…dès notre plus jeune âge nous avons été conditionné par cette notion d’être digne de mériter quelque chose. Comme si nous devions prouver le maximum de nous pour pouvoir recevoir ensuite.

Il est tellement beau de donner sans attendre en retour, un geste, une parole, une invitation spontanée qui vient droit de notre cœur pour l’autre, comme une offrande. Aucune question ne vient parasiter notre esprit, c’est directe, fluide, facile.

Et pour la personne qui reçoit ça peut être difficile, car elle aura l’impression de ne rien avoir donné et donc elle ne comprendra pas pourquoi elle reçoit autant. Oui autant, car son mental va juger ce qu’elle a donné par rapport à ce qu’elle a reçu.

Un malaise, un inconfort va s’installer dans son corps, dans son être. Mais non, tu n’aurais pas dû…mais c’est beaucoup trop, c’est de la folie… et pourtant la personne qui donne est tellement heureuse de ce partage.

Pour recevoir avec joie, sans crainte ou arrières pensées, il est nécessaire d’avoir de l’estime pour soi. En mesurant la belle personne que nous sommes alors il nous sera plus facile d’accueillir tous les cadeaux qui se présenteront sur notre chemin.

Nous sommes tous des êtres uniques, il n’y a qu’une seule personne comme nous dans ce monde, rien que cette visualisation est magique. Nous sommes certes imparfaits, et cela contribue à ce magnifique melting pot. Mais cela n’enlève en rien notre droit de recevoir de l’autre. Au contraire, ce mélange, ce partage, de va et vient d’énergie qui se diffuse partout comblera les cœurs de chacun.

Alors apprécions de recevoir toutes les petites attentions qui sont orientées vers nous avec bonheur, simplicité et confiance qu’elles sont à la hauteur de ce que nous sommes.

Laurence

« L’homme s’attache bien plus par ce qu’il donne que par ce qu’il reçoit. 
Citation de Paul Brulat ; Les pensées choisies (1919) »

« Il faut donner sans se souvenir et recevoir sans oublier. » Brian Tracy

L’enfant intérieur

L’amour est une énergie de guérison, une paix que l’on ressent à l’intérieur de soi-même. Aujourd’hui pour un grand nombre de personnes il est difficile de vivre l’amour. Pour certains, il est même impossible de rester au côté d’un compagnon de route. Et pour d’autres, l’attente d’être en couple est interminable.

Quelle que soit la situation dans laquelle nous nous trouvons, l’amour est la seule et unique issue possible vers une vie à deux. Lorsque nous n’y parvenons pas, c’est que nous sommes des infirmes de l’amour, des blessés du cœur et sans apporter la guérison du cœur nous ne parviendrons jamais à aimer l’autre, car l’amour de soi a besoin d’une guérison.

Pour être aimé, il est nécessaire de se guérir, de se libérer de ses peurs, de l’incapacité de pardonner, de poser un regard bienveillant sur nos vieux paternes, et de modifier nos habitudes.

En cas de mal être intérieur, comment pourrions-nous ouvrir notre cœur à l’autre alors que le nôtre est en souffrance. Il est peut-être même « fermé », car à la suite d’une accumulation de peines, de rejets, de trahisons, ce cœur a choisi de se protéger des futures potentielles attaques. En se protégeant, nous ne sommes plus dans l’ouverture du cœur.

A notre arrivée dans ce monde nous étions Amour pur, fait à l’image du créateur, du divin. Puis dans notre enfance, nos parents représentaient nos idéaux, ceux que nous aimions tant et envers qui nous avions une confiance totale et absolue.  

Nous les observions agir et parfois nous ne comprenions pas leurs attitudes, bien que l’amour était présent, leur schéma comportemental pouvait être basé sur la colère, la punition, parfois même la fessée.

Leur propre blessure nous enfermait dans un schéma d’incompréhension, et de déception, car nous savions au fond de nous que cette éducation n’était pas Amour. Pourtant, nos parents pensaient Vrai-Ment bien faire…mais ces attitudes ont laissé des traces indélébiles en nous. Notre enfant intérieur s’en souvient, il est triste, il a peur, il s’inquiète…

Si nous décidons de lui apporter de l’écoute, de l’attention, la guérison, alors notre enfant ne réclamera plus la reconnaissance de l’autre, car lorsque nous attendons de l’autre, nous sommes dans la dépendance affective mais plus dans l’amour.

La CLEF pour vivre l’amour est de chérir son enfant intérieur. Pour ce faire, il convient de réaliser un constat objectif de vos relations de couple, analysez vos comportements avec bienveillance sans jugement. Puis comparer avec la relation de vos parents, avez-vous reproduit les mêmes situations ? Etes-vous satisfaits ?

Ensuite demandez-vous COMMENT vous pourriez modifier vos attitudes, évitez de vous demander POURQUOI, au risque de vous juger et de tourner en rond.

Pardonnez-vous d’avoir vécu cette enfance, écoutez les messages de votre enfant intérieur puis rassurez-le, dites-lui que vous êtes là, que maintenant vous avez compris et qu’à présent tout va changer.

Méditez en pensant à votre enfant intérieur, celui que vous étiez durant l’enfance, visualisez-le heureux, joyeux et apportez-lui tout ce dont il a besoin.

Votre cœur se remplira d’amour, il sera enfin tranquillisé et apaisé et vous pourrez aimer et être aimé en toute quiétude car personne d’extérieur ne pourra nuire à votre sérénité.

Prendre soin de son enfant intérieur, c’est faire la paix avec soi.

La patience


Etre patient signifie être sage, patienter sans attendre. Cela ne veut pas dire de ne rien faire, au contraire, il convient de continuer à vivre, tout en autorisant au temps d’agir, car il est favorable pour nous.

La patience peut s’apprendre ; durant nos jeunes années ; la fougue, l’empressement, l’inconscience, une envie de découverte insatiable nous mène vers des chemins parfois cabossés. Avec le temps nous apprenons ; la réflexion, la concertation auprès d’anciens, l’humilité, la sagesse, des valeurs qui nous permettent de mesurer habilement le choix vers lequel nous pensons nous diriger.

Chacun de nos pas nous mène à la réalisation de soi, rien ne sert de courir puisque nous atteindrons tous les destinations qui nous sont réservées, celles que nous avons choisies.

La patience est une faculté à être calme, en paix avec soi-même, en libérant toutes inquiétudes du futur qui pourraient parasiter notre présent.

En se ressourçant, dans la nature, auprès des arbres, d’une eau calme, en écoutant le chant des oiseaux, nous pouvons atteindre cet état de tranquillité.

L’apaisement du mental permet de patienter sans éprouver de vieux ressentiments qui viendraient bousculer notre paix.

La patience est une décision à prendre qui s’avère inconfortable par moment mais qui garantit par la suite un sentiment de bien-être total, car avec le temps nous apprenons qu’il est nécessaire d’agir tranquillement.

La patience est le garant d’une vie sereine et équilibrer.

La patience est une vertu dont la source est inépuisable, elle apporte la guérison, l’amour, la compréhension, et la compassion.

Alors, aujourd’hui décidons de prendre notre temps pour évaluer chacune des situations que nous vivons en prenant notre temps, sans rien forcer, juste accueillir ce qui se présentent à nous, comme une offrande qui nous serait remise, un graal que nous aurions espéré secrètement.

Laurence

« C’est toujours l’impatience de gagner qui fait perdre. » Louis XIV

« Celui qui est à bout de patience perd la possession de son âme. » Francis Bacon

« La source de nos découragements est souvent dans notre impatience. » Ernest Naville

L’incertitude

Nous sommes tous un jour ou l’autre confrontés à la prise de décision, qu’il s’agisse d’un simple choix à effectuer ou la décision la plus signifiante à prendre.

Les choix font parties intégrante de nos vies, personnes ne peut y échapper, nous devrons tous y faire face. Pour certaines personnes, leur intuition est tellement forte, qu’ils savent instantanément ce qu’ils doivent faire, le chemin à emprunter. La réponse s’impose à eux comme une évidence, ils savent que ce choix est juste et par conséquent ils se sentent sereins avec cette décision car elle provient du cœur, de la providence.

Pour d’autres, leur imagination va leur faire créer tout un tas de scénarios dans lesquels ils se verront, ils vont peser le pour et le contre, ils vont même écrire les avantages et les inconvénients de tel ou tel choix. Pour ces personnes, le mental va être tellement présent qu’ils vont passer à côté des désirs de leur cœur. Car ils seront envahis par des pensées hésitantes, et cette incertitude peut même les amener à la maladie, aux maux de tête (dues aux nombreuses prises de tête !).

En réalité, il n’y a pas de bons ou mauvais choix, chaque décision va nous mener sur un chemin qui apportera une expérience enrichissante pour notre âme. Car il s’agit bien de notre venue sur Terre que de grandir en vivant des expériences.

Lorsque que l’on intègre cette notion, que tout, nous rendra plus fort, alors nous laissons la vie faire les choses d’elle-même. Nous devenons pacifistes et créons alors un champ infini de possibilités et beaucoup plus grand que ce que notre mental aurait pu imaginer. Car notre mental réduit les choix, car ce mental bloqué dans notre tête n’a pas accès à la conscience divine. Par conséquent, il nous limite dans notre avancé, il génère en nous du stress, comme si nous étions dans la roue d’un hamster qui avance mais n’évolue pas.

Alors s’il vous est si difficile de faire un choix, c’est que vous n’avez pas lâcher-prise, et que vous voulez contrôler votre avenir. Dans ce cas, la seule chose à faire est de ne rien faire. Oui c’est si simple que ça. Cessez de réfléchir et vivez votre vie. L’univers se chargera de vous amener sur votre chemin, celui de l’inconnu, celui auquel vous ne pouvez pas penser car il n’existe pas encore.

Pensez à aujourd’hui et ne pensez plus à demain. Si le choix vous est impossible à effectuer, c’est que ce n’est pas le moment souhaité par votre âme pour agir. Les choses se feront d’elles-mêmes comme par magie. Tout deviendra fluide et s’éclairera au moment qui sera le plus juste pour vous.

Laurence

« La maturité d’esprit est la capacité à supporter l’incertitude ! » – John Finley

« Rien n’est plus mystérieux que nos raisons d’aimer : qu’est-ce qui motive notre choix ? Qu’est-ce qui dirige nos recherches ? Y a-t-il même des recherches et un choix ? Ou seulement le hasard de l’espièglerie des dieux… » – Jean Simard

L’amour véritable

Nous avons tous ce rêve de former un couple, d’être avec quelqu’un qui nous apportera de la chaleur humaine, une personne avec qui nous pourrons faire des projets ensemble.

Pour les femmes, certaines rêveront de mariage, d’avoir des enfants, d’acquérir une maison, avec un jardin, et d’y ajouter une piscine… des idées qui ont été piochées dans des livres dès notre plus tendre enfance, comme étant une fin en soi. «Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants », voici les histoires qui nous étaient contés, nos yeux écarquillés et heureux de cette amour merveilleux.

Quant aux hommes, ils souhaitaient une partenaire qui serait présente pour eux, réconfortante, juste là, quelqu’un qui ne ferait pas trop de vagues, qui serait discrète, compréhensive qui leur apporterait juste ce qu’il leur faut sans rien demander en retour. Une femme toujours souriante et joyeuse et comblée par le « simple » fait d’être à leur côté.

La rencontre se fait, la passion apporte à chacun un bien-être total, on se sent « enfin » aimé, compris, car l’autre personne prend soin de nous écouter, le couple est heureux. On se sent vivant car l’autre nous apporte de l’importance, des câlins, c’est étincelant, notre cœur vibre fort, l’autre nous apporte tellement que nous souhaitons toujours en avoir plus, et passer davantage de temps avec lui, nous devenons dépendant comme une drogue. Il s’agit ici de désir profond, ce partenaire crée en nous un manque, un besoin, il s’agit d’une dépendance à l’autre.

Puis au fil du temps, la passion s’affaiblit, chacun de son côté, se construit, la vie nous a écorché, alors nous essayons de panser nos blessures (Trahison, Rejet, Abandon, Humiliation, Injustice), et pendant ce cheminement nous allons prendre conscience que l’autre n’est pas aussi merveilleux que nous l’avions cru au départ. Notre rêve d’enfant s’écroule comme un château de cartes, les désillusions apparaissent, on pense que l’autre personne n’est plus la bonne pour nous. Que nous méritons mieux au final, qu’il n’est pas à la hauteur…Il s’agit de notre égo blessé qui cri un besoin de guérison.

L’amour véritable c’est d’abord l’amour inconditionnel de soi, c’est lorsque nous avons identifié et accepté toutes nos parts d’ombre, nous reconnaissons alors que nous sommes des êtres imparfaits (et heureusement) et nous sommes ok avec ça. Nous nous aimons suffisamment que nous n’avons plus besoin d’être comblé par un autre. Imaginez que vous êtes un joli gâteau, et que l’autre ne serait que le glaçage qui apporterait la brillance au gâteau. L’autre personne n’est là que pour vous rendre encore plus belle, plus beau, votre beauté est déjà en vous, l’autre ne peut vous apporter de votre beauté intérieure.

Lorsque cette notion est comprise puis acceptée, alors vous êtes dans une relation d’amour véritable, car vous ne portez plus de jugement ou d’attente envers l’autre car toutes vos projections sur l’autre n’ont plus lieu d’être.

Ainsi, il est important de s’aimer soi pour pouvoir accueillir l’amour de l’autre, sans ça vous ne vivrez que des relations chargées de désillusions.

Offrez-vous chaque jour un temps pour vous, oui c’est possible, en éliminant les tâches qui ne vous apportent rien et que vous faites par habitude ou devoir. Nous ne sommes jamais obligés de faire des choses, seul notre mental nous y contraint.

Offrez-vous des vacances en solo, ou avec un ou une ami(e), faites ce que vous n’avez jamais eu le temps de faire, participez à des ateliers, stages de développement personnel.

Offrez-vous dès aujourd’hui un massage, un soin énergétique, une séance de sport.

Repensez à votre alimentation, est-elle adaptée ? Répond-elle aux besoins de votre corps.

Prenez du temps pour vous, pour vous aimer, en répondant aux besoins et sollicitations des autres c’est votre être qui affirme un besoin d’être reconnu. La priorité c’est vous. Vous êtes la personne la plus importante de votre vie.

Allez puiser en vous toutes ces belles choses que vous n’avez pas encore découvert de vous-m’Aime.

Namasté

Laurence

Affirmation positive à se répéter chaque jour :

Je m’aime et j’accepte qui je suis, comme je suis. Ce n’est pas ma personnalité que j’aime, mais le Divin qui est en moi et manifeste cette partie pure de mon Etre. Je dédramatise ma vie et je prends du temps pour moi, pour m’amuser et prendre soin de moi. Je cesse ainsi de chercher à l’extérieur tout ce qui donne l’illusion de combler mes vides intérieurs.

S’aimer soi-même c’est l’assurance d’une longue histoire d’amour. Oscar Wilde