Ils nous arrivent à toutes et à tous d’admirer le travail réalisé par quelqu’un. Nous nous extasions devant tant de qualités nécessaires pour produire un tableau, une création, une œuvre, un texte, etc… car à ce moment précis nous réalisons que nous-même n’avons pas ces compétences et qu’au fond, une part de nous est en admiration pour l’autre. 

Il se peut même que nous complimentions la personne. 

En lui fournissant des louanges, nous la mettons ainsi à un niveau supérieur au nôtre et par nos compliments nous lui demandons inconsciemment de rester à ce niveau élevé. 

On pourrait qualifier cela d’idolâtrie, parce qu’en l’autre, nous percevons la perfection. De cette façon nous envoyons des signaux pour que l’autre nous aime à travers nos compliments. Nous pensons que la personne est mieux que nous et donc lui mettons, là encore inconsciemment, une certaine pression sur elle et voilà ce que nous lui envoyons; j’aime le travail que tu réalises, attention ne me déçois pas, reste toujours à ce niveau.

De plus, derrière un compliment se cache une forme d’attente, je te fais ce compliment car j’ai besoin que tu m’aimes. La personne est en réalité en souffrance émotionnelle et réclame de l’amour par le biais du compliment à l’autre.

Plus sournois encore, le compliment s’avère être de la manipulation. En nous complimentant, l’autre attend quelque chose de nous, le compliment est réalisé de manière consciente de façon à extraire de nous un besoin. 

Percevez la différence entre féliciter et complimenter, la différence est subtile mais ô combien significative. Lorsque nous félicitons quelqu’un, nous partageons son bonheur et nous sommes heureux pour lui. 

Comprenons la décomposition du mot COMPLIMENT : (pardonnez-moi l’expression), c’est le « con » qui se pli et qui ment. 

Alors soyons attentifs lorsque nous adressons des paroles louangeuses aux autres et soyons vigilants avec les personnes qui nous flattent car cela cache toujours quelque chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.